Farès Hadj Sadok
84 rue Amelot, 75011, Paris
+33 7 66 85 63 34
fares.hadjsadok@gmail.com
@fareshadjsadok
Curriculum vitae

10-2020
Office for flaneurism
Installation
Paris

En envisageant le dé­sordre de sa chambre comme un nou­veau paysage, le sé­ren­dipe qui ha­bite ces lieux trans­forme les ob­jets de son quo­ti­dien en ob­jets sur­réaliste.
Archivant l’ordi­naire, col­lec­tant les preuves tan­gibles de son ex­istence, puis les su­blimant, il les fait cor­respondre avec son environ­nement. Ses che­mises de­viennent des enve­loppes, qui en par­cou­rant le temps et l’es­pace, s’af­fran­chissent d’un corps pour ex­ister dans la réa­lité d’autres per­sonnes, s’en­richi­ssant ainsi de nou­velles traces, de nou­velles his­toires, de nou­veaux passés.
Ces vê­te­ments sont de­ve­nus des mes­sagers qui abri­tent en trans­pa­rence des ob­jets gla­nés, dé­ro­bés à leur réa­lité. Un fou­lard s’est mé­ta­mor­phosé en échiquier. Des chaus­sures se logent dans la mo­quette et un car­net de timbre prend le pou­voir d’un ex-voto. Désormais, la chambre elle-même se trans­forme en un temple que plus per­sonne ne possède, non-lieu ha­bité par des ob­jets, qui à force de trans­formation appar­tiennent dé­sormais à un entre-deux, et sont dé­pos­sédés de leurs iden­tités et de leur fonc­tions pre­mières; hé­ri­tages d’une sen­si­bi­lité main­tenant trans­missible, main­tenant uni­verselle, qui a dé­passée les con­tours d’une chambre pour se ré­pandre ailleurs.

Hommage
vue de l’installation Office for flaneurism
chemise, projection vidéo, fleurs séchées, chaise
90 × 60 × 60 cm
2020
Installation Office for flaneurism
Techniques mixtes,
2,80 × 2 m
DNSAP, ENSAD, Paris
Septembre, 2020
Nature Morte
vue de l’installation Office for flaneurism
chemise, projection vidéo, fleurs séchées, chaise
90 × 60 × 60 cm
2020
Chemise postale Nature Morte
vue de l’installation Office for flaneurism
Cadre, chemises postales, banc, sculpture en feutre, pions
66 × 47 cm
2020
Ex-Voto
Archive scannée, timbre, livre
7,5 × 12,5 × 2,5 cm
2020
Réplique d’une preuve de dépôt
Archive scannée, poppeline de coton, transfert
23 × 10cm
2020
Office for flaneurism
Détails d’un objet contenu dans les chemises postales
Septembre 2020
diapositif glâné
5 × 5 cm
Mars 2020
Office for flaneurism
Détails du contenant des chemises postales
Mars 2020
Étude de poche à cigarette
14 × 12 cm
Mars 2020
Office for flaneurism
Archive scannée de la série des chemises postales
Septembre 2020
Miniatures Mortes Postales
Vue de l’installation Office for Flaneurism
2020
Miniatures Mortes Postales
Multiples N9/42, enveloppe, artefacts glânés
23 × 11 × 5 cm
2019-2020
Miniatures Mortes Postales
Archive scannée de la série
2019-2020


10-2020
Messager
Sculpture textile
Paris

Une paire de chaus­sure en­se­ve­lie par la mo­quette, qui à l’image de la na­ture re­prend ses droits tout en pré­ser­vant l’em­preinte de ce qu’elle re­couvre.
Cette scul­pture est née d’une fic­tion dans la­quelle est faite une ana­lo­gie entre les at­tri­buts d’Hermès, pos­tier di­vin qui a pré­féré troqué ses san­dales ailées contre des chaus­sons pour jouir d’une nou­velle forme de com­muni­cation et ceux du flâ­neur d’aujourd’hui, qui n’arpente plus uni­que­ment les rues et les bou­le­vards des grandes villes, mais s’évade et se perd dans une con­templa­tion in­fi­nie des dif­fé­rentes fe­nê­tres qui par­sement nos écrans.

Messager
Vue de l’installation Office for flaneurism
Feutre, mocassin, plâtre
90 × 90 × 13cm
2020
Messager
Sculpture
Feutre, mocassin
90 × 90 × 13 cm
2020

Image Marie Ward


10-2020
Mon Poulet
Sculpture textile
Paris

Cette sculpture te­tile re­pré­sente l’al­légo­rie du dé­sir, ce­lui lié à la con­so­ma­tion de pro­duit luxueux. Des ob­jets qui du haut de leurs pié­des­taux, à l’abri der­rière leurs vi­trines, savent faire sa­li­ver ceux qui croisent leurs regards.

Mon poulet
Sculpture
Feutre
44 × 32 × 7,5 cm
2020

Image Marie Ward


10-2020
L'échiquier
Sculpture
Eindhoven, Paris

Cette pièce est une ré­flexion sur la poé­sie du dés­ordre, sur ces ob­jets in­times, usuels ou non, qui le com­po­sent, dis­pa­rais­sent et par­fois re­font surfaces. Ceux qui sem­blent être de vrai re­li­quaires de notre pen­sée et de notre pré­sence jour­na­lière. En pei­gnant d’une façon presque pro­to­co­laire 32 cases noires sur l’un d’eux, en l’oc­currence un fou­lard trou­vé dans un train aux Pays-Bas.
Un geste a suffit à lui of­frir la po­ssibi­lité d’échapper à sa con­di­tion de non-usage, de fuir l’absence d’ordre et l’amer­tume des ti­roirs conscien­cieu­sement né­gligés. À présent dans un entre-deux, méta­mor­phosé, ce fou­lard n’est plus uni­que­ment des­ti­né à être noué au­tour d’un cou, il est aussi un échi­quier sur le­quel deux ima­gi­naires se sont li­vrés ba­taille. On peut y voir les ves­tiges d’une fin de par­tie sus­pendus.
L’objet ques­tionne les fron­tières de son sta­tut, entre ob­jet d’usage et sculp­ture triviale.

L'échiquier
Sculpture
Foulard, acrylique, jeu d’échec, pvc
50 × 50 × 7 cm
2020

Image Marie Ward


En cours
Sent With Love
Conversation
Paris
Avec Victoire Gonzalvez
Commissariat
Sarah Lolley
Camille Velluet

Avec Victoire Gonzalvez

Sent With Love est un pro­jet d’expo­si­tion en duo qui créé à par­tir d’en­vois postaux. Employant l’espace de l’en­ve­loppe com­me lieu de pré­sen­ta­tion, les oeuvres sont envoyées de façon hebdoma­daire. Contraints de re­pen­ser nos ma­nières de pro­duire et de mon­trer des oeuvres dans un con­texte de crise sani­taire, le projet ex­plore les pos­si­bi­lités de tra­vailler en uti­li­sant uni­quement des ob­jets dont nous dis­po­sons dans l’es­pace de nos lieux de vie res­pectifs. Dé­buté en novembre 2020 nous en­vi­sa­geons de con­ti­nuer ces en­vois sur une année. Conjuguer nos ex­pé­riences quo­ti­diennes au fil du temps nous per­met d’en­vi­sa­ger des nou­velles ma­nières de « faire ensemble ». Cette in­trospe­ction dans l’in­ti­mi­té de nos es­pa­ces et his­toires person­nelles per­met non seu­le­ment une ré­flexion sur la ma­nière de faire dia­lo­guer les arte­facts avec soi, mais aussi la pos­si­bi­li­té de créer à par­tir de peu.

Lettre à Vic
Envoir postal, Farès n°2
Enveloppe craft, fleurs séchées, timbre
32 × 23 cm
2021
Natures mortes à Vic
Envoir postal, Farès n°4-5
Perles, emballage pharmaceutique, pochette plastique, pince
Dimensions variables
2021
Coquillages à Farès
Envoir postal, Victoire n°3
Coquillage, sucre, sachet plastique, tissu coton
6 × 4 cm
2021


2019
Lieu-dit
Sculpture, poster
Paris

Un sou­ve­nir évoque un lieu pré­cis. Il au­then­ti­fie une ex­pé­rience qui nous rend ab­sent. Il ap­pa­raît lorsqu’un évé­ne­ment mar­quant prend fin. Il peut aussi s’in­car­ner au tra­vers d’ob­jets, fai­sant d’eux des rap­pels qui nous ra­mè­nent à l’évé­ne­ment ter­miné. Ici, le sou­ve­nir est ce­lui d’une plage à l’ouest de la France, où j’ai pil­lé quel­ques co­quil­lages pour les ré­pli­quer, les ar­ra­cher de leur con­texte pour qu’ils mar­quent de leur pré­sences singu­lières les inté­rieurs. La mé­moire de ce lieu trouve une autre maté­ria­lité, une réa­li­té nou­velle dans la­quelle elle de­vient un ob­jet or­ne­men­tal, un pos­ter sur le­quel vien­nent se dé­po­ser de façon in­con­tro­lées des sou­ve­nirs imprimées.

Lieu-dit
Archive scannée
Porcelaine non-émaillée, réplique de coquillages taille réelle
Dimensions variables
2019
Poster 1
Format A2
2019
Poster 2
Format A2
2019


2018/2019
Pandore
Installation, sculpture
Eindhoven, Paris

Cet en­semble est pensé au­tour du mythe comme mi­roir du réel. Il re­pose sur les codes sui­vants : Le vase, le cadre, le porte-bougie et les fleurs séchées. Ces élé­ments sont comme des notes sur les par­ti­tions d’une mu­sique qui nous ba­lade et nous laisse ima­gi­ner les pays­ages d’une na­ture morte. Chaque cou­leur est un maux é­chap­pé de la boite de pan­dore. Ils prennent la forme de re­li­ques, de fos­siles cor­rodés, émail­lés par le temps. Le geste de créa­tion se ré­pète et les formes éga­le­ment. La sym­pho­nie tourne en boucle, les ob­jets n’exis­tent plus en tant que tels, il sont une ombre fi­gée qui se brise dans un si­lence co­lo­ré de destruction. Le son des fis­sures ré­sonne comme l’écho d’une voix sin­gu­lière, une to­na­li­té in­connu, celle de l’es­poir qui, resté en­fer­mé dans la boite de Pan­dore, sou­haite se faire entendre.

Vase 1, Pandore
Archive scannée de la serie
Céramique émaillée
7 × 22 × 11 cm
2019

Image Lucie Clause
Pandore
Archive scannée de la serie
Céramique émaillée
7 × 22 × 11 cm
2019

Images Lucie Clause
Pandore
Archive scannée de la serie
Céramique émaillée
12 × 5 cm
2018
Pandore
Archive scannée de la serie
Céramique émaillée
12 × 5 cm
2018
Porte bougie, Pandore
Archive scannée de la serie
Céramique émaillée
12 × 5 cm
2018


2018
Filtre
Objet
Eindhoven

Le pou­voir de ré­flexion du mi­roir de­vient ca­duc, car d’un geste la lu­mière s’em­pare de son corps ver­sa­tile et dé­voile par les lignes d’un mo­tif, son in­ten­tion véritable. Des trê­fles se sont im­mi­scés sur sa sur­face, l’ob­jet mi­roir ori­gi­nel­lement des­ti­né à nous ren­voyer notre image ainsi que celle des choses qui envi­ron­nent ne s’y re­trouve plus. Dans cette nou­velle con­tem­pla­tion, il nous trompe, nous ma­quille dé­li­bé­ré­ment de son dé­cor, un peu à la ma­nière des fil­tres d’au­jour­d’hui sur nos applications.

Filtre
Archive scannée du verso
Miroir, gravure laser
15 × 15 cm
2018
Filtre
Miroir, gravure laser
15 × 15 cm
2018
Filtre
Miroir, gravure laser
15 × 15 cm
2018


2017
Feuille simple
Textile
Paris
Avec Loraine Mercier et Miléna Gâteau

Avec Loraine Mercier et Miléna Gâteau

Le pro­jet ex­ploite la phos­pho­res­cence d’un fil. Après tis­sage, la pièce ob­te­nue de­vient une sur­face flex­ible, une page sur la­quelle les mots ins­crits ap­par­aissent en lu­mière le temps de quel­ques se­condes, puis s’ef­face en ne lais­sant au­cune trace. Il est aussi un es­pace de jeux éphé­mère, et sur­tout un ob­jet à ob­ser­ver sous dif­fé­rents états. Ce tis­su existe seu­le­ment quand il est en in­te­rac­tion avec une per­sonne et son smart­phone. Ici il vit de manière éphé­mère au tra­vers d’un ver­nis­sage à la cha­pelle des Gobelins. Le pu­blic était alors in­vi­té à le faire réa­gir à sa guise.

Vue de l'exposition Unweaving the Rainbow
Chapelle des Gobelins
Tissage de fil de nylon phosphorescent, armure satin
100 × 100 cm
2017

Vue de l'exposition Unweaving the Rainbow
Chapelle des Gobelins
Textile animé par les visiteurs
2017

Vue de l'exposition Unweaving the Rainbow
Chapelle des Gobelins
Textile animé par les visiteurs
2017